Depuis 2015 dans le village de Bilinga, situé à environ 15Km de Ouahigouya, la Fondation AGIR pour les enfants intervient dans des projets de soutien scolaire et de tissage au profit des enfants et des femmes. L’idée est de rendre les femmes économiquement autonomes et les amener à soutenir l’éducation de leurs enfants.

Quatre ans déjà que la Fondation AGIR pour les enfants soutient le village de Bilinga, à travers le tissage et le soutien scolaire. De jardinières au départ, n’ayant aucune notion de ce que c’était le tissage, ces femmes sont devenues aujourd’hui de grandes tisserandes et teinturières grâce à leur volonté d’apprendre, leur patience et surtout leur motivation d’accepter le tissage comme un métier pouvant les rendre autonomes. Ainsi, petit à petit, elles ont tracé un chemin dans ce secteur et vivent pleinement de cette activité. L’appui de la Fondation AGIR a, on peut le dire sans doute engrangé des résultats significatifs sur le terrain et dans la vie même de ces femmes, qui se voient aujourd’hui fières de contribuer au bien-être de leur famille. Au nombre de trente (30), elles livrent aujourd’hui des commandes dans les villages environnants et bien au-delà du Burkina : Japon, Etats Unis et aussi des pagnes pour des tenues scolaires à Ouagadougou, Zagtouli et bientôt à Gaoua.
Il faut dire que la Fondation Agir à travers son appui à l’Association Zoodo, veut que le projet de tissage puisse générer des bénéfices et être à même de soutenir le projet de soutien scolaire. C’est ainsi que dès les premiers instants, des marraines tisserandes ont été trouvées aux 30 élèves du soutien scolaire, dans l’optique d’inciter justement ces femmes à garder à l’esprit que le soutien scolaire compte sur leurs efforts pour perdurer dans le temps, au grand bonheur de leurs enfants. Un parrainage qui pourrait à la longue prendre en charge le goûter ou le carburant des animatrices qui viennent appuyer les élèves dans la révision de leurs leçons. Une démarche salutaire et participative et surtout qui concilie les deux projets. L’évolution des ressources de ces femmes, la fierté de s’épanouir et l’amélioration des conditions de vie sont des réelles sources de motivation pour ces tisserandes de Bilinga à persévérer.

IMG 20190531 WA0029IMG 20190531 WA0028IMG 20190531 WA0027IMG 20190531 WA0026